Endodontie

Traumatisme, fracture, carie, infection d’origine gingivale… Lorsque la pulpe dentaire est atteinte, son éviction s’impose. C’est la pulpectomie (« dévitalisation »), objet de l’endodontie.

en savoir plus

Le principe

Le principe de l’endodontie est de créer une voie d’accès à la pulpe (souvent appelée nerf), éliminer cette pulpe dans sa totalité, et obturer hermétiquement les canaux dentaires restés vides.

La technique

A l’origine, la pulpe était éliminée par arrachement a`l’aide d’un « tire-nerfs » (sorte de petite aiguille hérissée d’ardillons), et les canaux obturés en utilisant une fine et souple vis sans fin, poussant une pâte.

  • difficulté de contrôle du niveau d’arrachage de la pulpe.
  • pas de certitude quant à l’élimination de la totalité de la pulpe.
  • la pâte d’obturation peut avoir tapissé les parois des canaux, sans en obturer le centre, et donc sans herméticité, sans que cela soit décelable, même radiologiquement.

On obtient une obturation tridimentionnelle des canaux par la technique dite de rotation continue. Une fois la dent isolée de la contamination salivaire, les canaux dont le nombre, la courbure et la longueur ont été évalués par une radiographie pré-opératoire, sont élargis et calibrés. On utilise pour cela une séquence d’instruments rotatifs en alliage de Nickel Titane alliant résistance mécanique à une exceptionnelle souplesse, permettant de suivre les courbures du canal sans se fracturer.

L’alésage des parois des canaux sous irrigation de solution antiseptique a ainsi éliminé tout risque de laisser des résidus de pulpe. La détermination de la longueur des canaux, évaluée par la radiographie initiale peut être affinée par l’utilisation d’un localisateur d’apex (extrémité de la racine) électronique. Les canaux sont alors séchés, une mince pellicule de ciment de scellement appliquée sur leurs parois.  Des obturateurs, fins tuteurs de matériau thermoplastique souple et radio-opaque sont introduits dans les canaux jusqu’à la longueur déterminée, et laissés en place.

On obtient ainsi l’assurance d’une obturation tridimensionnelle, scellée aux parois des canaux par le ciment. Un dernier contrôle radiographique permet de s’assurer de la qualité de l’obturation.